jeudi 19 janvier 2017

Résistance(s)

À gauche, l’hégémonie du PS est aujourd’hui anéantie. Qui prendra la relève?

Crises. Vous sentez-vous encore courageux, impétueux, portés par des énergies titanesques, prêts à vous aventurer dans les plus profonds et dangereux labyrinthes d’une société sens dessus dessous, si martelée par les incontinences verbales et les concepts idéologiques foireux, qu’il est temps de ne plus céder de terrain, quoi qu’il nous en coûte? Puisque les logiques de capitulation sont à l’œuvre et nient jusqu’à l’existence même du conflit historique entre le travail et le capital, puisque la sauvagerie du libéralisme atteint toutes les sphères de nos vies, de nos esprits, il nous revient de mettre de la Résistance et de l’invention dans tous nos actes et paroles. Au moins pour une raison: nous traversons une période tellement inédite, qui multiplie les crises (crise de civilisation, crise économico-globalisante, crise morale, crise sociale, crise de projection en l’avenir, crises symboliques, crise de représentation, etc.), que nulle expérience dans le passé récent ou lointain ne peut nous servir de point de repère unique, encore moins de modèle. Regardons froidement l’évolution du Parti socialiste (nous ne parlons pas là de tous les socialistes). Le quinquennat qui s’achève aura été marqué, de bout en bout, par un fait politique majeur qui perturbe toute la tradition de la gauche française, même si nous ne nous faisions aucune illusion. Pour résumer, jusqu’à l’élection de Normal Ier, le PS et les sociaux-démocrates infléchissaient régulièrement leur doctrine économique et sociale vers les canons libéraux, sans assumer pour autant les dogmes «sociaux»-libéraux des Britanniques ou des Allemands. Souvenons-nous que Lionel Jospin, alors premier ministre, usait d’une formule: «Oui à l’économie de marché, non à la société de marché.» Chacun se contentait de ce modus vivendi bien commode qui avait le désavantage de ne rien trancher sur le fond concernant la question sociale. Nous avons vu, depuis, que cette période s’est achevée dans la brutalité des choix économiques de l’hôte passager de l’Élysée. Normal Ier a en effet théorisé et mis en pratique «sa» cohérence sociale-libérale et ordolibérale, caractérisée par deux idées majeures: la baisse des déficits publics et la baisse du «coût» du travail. Le tout articulé à partir de deux autres logiques: l’austérité à tous les étages et l’ordre pseudo-républicain (renforcé par la lutte contre le terrorisme). Cette politique pleinement endossée par le pouvoir socialiste a conduit immanquablement le peuple de gauche et la gauche tout entière dans le mur. À un détail près.

Ledit peuple de gauche, dans son divorce quasi consommé avec ces socialistes-là, se réveille progressivement avec une idée en tête, idée que nous devons marteler: face à la plus formidable rage de destruction sociale depuis la Libération, nous ne pouvons plus revendiquer une simple «sortie des crises» mais nous atteler à un changement radical de société. À gauche, l’hégémonie du PS est aujourd’hui anéantie. Qui prendra la relève?

Carcan. Le savez-vous? Huit milliardaires dans le monde sont officiellement plus riches que 3,5 milliards d’êtres humains. Répétez-le autour de vous. Le savez-vous? En France, 10% des plus fortunés possèdent la moitié du patrimoine total qui, un jour, sera léguée aux héritiers de ce qu’on nommait jadis «la bourgeoisie», puisque depuis une vingtaine d’années les ménages les plus aisés ont vu leur patrimoine net progresser plus rapidement que leurs revenus: il représente désormais 8 années de revenu net, contre 4,5 dans les années 1980. Et pendant ce temps-là? On ne parle plus de salaire mais de «revenu universel». Oubliant que Milton Friedman, l’inspirateur de Reagan et de Thatcher, y voyait déjà un moyen pour le patronat de se libérer du carcan du salaire minimum… Voilà les vrais sujets! Il n’est pas trop tard pour les imposer dans le débat public.
 
[BLOC-NOTES publié dans l’Humanité du 20 janvier 2017.]

1 commentaire:

Pascal Bavencove a dit…

Celui qui se prépare depuis longtemps (comme Rocard en 1970) à reprendre la boutique soc-dem le fera avec Montebourg et Hamon,il s'appelle Mélenchon.